Menu Site Pédagogie
charles3

De Gaulle et les médias

Toutes périodes Culture, Politique

Le « Général micro » (1940-1944)

Dès l’entre-deux-guerres, Charles de Gaulle sollicite la presse écrite pour diffuser ses textes en faveur de la constitution d’une armée de métier. Sous l’Occupation, face à l’attitude servile des principaux titres de presse écrite officielle à l’égard du régime de Vichy, c’est au micro de la radio britannique, la BBC, que le Général adresse à 67 reprises ses messages de mobilisation à destination de la population française. Radio-Brazzaville puis Radio-Alger seront également des relais indispensables pour faire entendre la voix de la France Combattante.

A la Libération, le chef du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF), continue à utiliser la radio comme moyen privilégié de communication avec ses concitoyens. Des réformes sont alors engagées pour favoriser le renouveau de la presse écrite, même si dans le domaine de la radiodiffusion, le monopole de l’Etat est renforcé. Sous la IVe République, le général de Gaulle, opposant au régime est interdit d’antenne après la création du Rassemblement du Peuple français.

Une communication présidentielle centrée sur la télévision (1958-1969)

A son retour au pouvoir, sous sa présidence, le général de Gaulle ne modifie en rien le régime de la presse écrite, tel que le lui laisse la IVe République. Celle-ci continue de jouir d’une grande liberté dont elle use pour adopter assez généralement, à l’égard du président de la Ve République, une attitude critique, voire hostile.

Le maintien du monopole d’Etat sur la radio-télévision lui donne la mainmise sur un outil de communication qui devient un relais de la parole présidentielle. Le premier président de la Ve République comprend l’importance de la télévision, alors en plein essor. Au terme de sa première allocution à la télévision, le 27 juin 1958, il choisit de se séparer de ses notes et de travailler l’exercice afin de paraître « assez animé et spontané pour saisir et retenir l’attention sans se commettre en gestes excessifs et en mimiques déplacées ».

De Gaulle est ainsi l’homme de la télévision naissante, personnage central dont les conférences de presse et les interventions transmises en direct sont suivies par des millions de Français, notamment en période de crise nationale (janvier 1960, avril 1961). Placé en ballotage au premier tour des élections présidentielles de 1965, il adopte une nouvelle formule, plus proche et intime à travers ses conversations avec le journaliste Michel Droit.

Pourtant, c’est bien à travers la seule radio que l’Homme du 18 juin s’adresse aux Français le 30 mai 1968, au plus fort des événements de Mai et au lendemain de son retour d’Allemagne, renouant ainsi avec son usage passé de la radio au temps de la France Libre.