Menu Site Pédagogie
bio_leopold_sedar-senghor

Léopold SÉDAR SENGHOR

Né au sud de Dakar en 1906 dans une riche famille catholique, Léopold Sédar Senghor étudie à l’Ecole des pères puis au collège de Dakar. Après l’obtention de son baccalauréat en 1928, il entre en khâgne à Louis le Grand et passe l’agrégation de grammaire, pour la première fois donnée à un Africain.

Professeur à Tours, puis à Saint-Maur, il est fait prisonnier pendant la guerre. A la Libération, il occupe une chaire de langues et civilisations négro-africaines à l’Ecole de la France d’Outre-mer.
Dès avant la guerre, il écrit des poèmes, milite à la SFIO et s’engage pour la cause du peuple noir : en 1934, avec Aimé Césaire et Léon Gontran-Damas, il fonde la revue L’Etudiant noir et développe la notion de  » négritude « .
Sa carrière politique commence en 1945, date à laquelle il devient député du Sénégal. Secrétaire d’Etat à la présidence du Conseil en 1955-1956, il est également maire de la ville de Thiès (Sénégal) et ministre du général de Gaulle en 1959. Lorsque le Sénégal accède à l’indépendance en 1960, il devient Président du nouvel Etat, fonction qu’il occupe jusqu’en 1981.
Parallèlement, il poursuit une remarquable carrière littéraire. Sa première publication en 1945 est suivie de plusieurs autres (Ethiopiques, Nocturnes, etc.). Il travaille en même temps à la rédaction de plusieurs anthologies de littérature africaine et malgache.

Promoteur de la francophonie à partir des années 1960, il organise des manifestations destinées à faire connaître la culture africaine (ex : Festival d’Art nègre). Titulaire d’un grand nombre de prix et distinctions littéraires, il est élu à l’Académie française en 1983. Il meurt le 20 décembre 2001.