Menu Site Pédagogie
itourea001p1

Ahmed SÉKOU TOURÉ

En 1940, alors que la Guinée est ralliée à la France Libre, Ahmed Sékou Touré n’est qu’un modeste commis aux écritures à la Compagnie du Niger français. De même, en mars 1953, lorsque de Gaulle s’arrête à Conakry dans le cadre d’une tournée en AOF, il n’exerce pas encore de mandat politique. Toutefois, il est secrétaire général du Parti démocratique guinéen.

Élu député en 1956, il devient l’année suivante vice-président du Conseil de gouvernement de la Guinée sous le régime de la loi Defferre. En août 1958, il rencontre pour la première fois le général de Gaulle, à deux reprises. Il lui fait part de ses conceptions en faveur d’une indépendance immédiate des territoires, qui pourront ensuite s’associer librement avec la France.

Dans ce contexte, le 28 septembre 1958, le référendum en faveur de la Constitution donne 95% de voix pour le « non » en Guinée. L’indépendance est proclamée le 2 octobre 1958. Les relations diplomatiques entre la France et la Guinée sont finalement rompues en 1965 et de Gaulle ne cache pas son hostilité envers Sékou Touré. Ce dernier envoie son Premier ministre aux obsèques du général en 1970.