Menu Site Pédagogie
Capture d’écran 2016-01-29 à 22.22.33

De Gaulle chez le psychiatre

Bill, Nebelspalter (mensuel suisse), entre 1962 et 1968

Charles de Gaulle a-t-il toujours cru en son destin ? Dès 1905, alors qu’il n’a que quinze ans, il se projette dans l’avenir et s’imagine un jour à la tête des armées françaises. Il se voit en homme providentiel, destiné à jouer un rôle national.

Il se voue à la charge de représenter son pays, « d’incarner la France tout entière », comme il l’écrit. De Gaulle et la France en viennent à ne faire qu’un. S’il met ainsi un point d’honneur à cultiver à sa singularité et à ne ressembler à personne, il ne s’identifie pas moins aux grands de l’histoire de France.

Il se reconnaît dans les figures de Saint Louis, Henri IV, Napoléon, Clemenceau, Foch ou Jeanne d’Arc. Comme elle, il a « bouté l’ennemi hors de France ».

Capture d’écran 2016-01-29 à 22.22.33

De Gaulle chez le psychiatre